2016 - Mai Concert romantique


Prochain concert le 27 mai 2016  à 20 h 30

2016 05 27 Brahms Mendelssohn Beauvallet

Slava Chevliakov , organiste titulaire de l'église Saint Léon : 1 place du Cardinal Amette 75015 Paris

&

L'Ensemble vocal Sul Fiato sous la direction de Matthieu Cabanès et Gabriel Beauvallet

vous proposent

Felix Mendelssohn  : Psaume 42

Johannes Brahms : Schicksalslied

Gabriel Beauvallet  : Kantate Erbame  dich

Le Psaume 42, de Felix Mendelssohn

Mendelssohn

Le Psaume 42, de Felix Mendelssohn, est une pièce écrite pour orchestre, chœur mixte et solistes. Elle fut composée à l’occasion du voyage de noce du compositeur, en cadeau à sa nouvelle femme qui était la fille d’un pasteur. Ce Psaumefut publié par Breitkopf & Härtel à Leipzig en 1839.

Schumann voyait, dans le Psaume 42 de Felix Mendelssohn, le chef d’œuvre de sa musique religieuse et, plus largement, de la musique religieuse de son temps. En France, ces magnifiques pages sont généralement chantées en allemand bien qu’une version anglaise existe.

Le 28 mars 1837, Mendelssohn épousait Cécile Jean Renaud.  De retour à Leipzig, Mendelssohn ajouta un chœur dont les paroles « Preis sei dem Herrn, dem Gott Israels / Praise be the Lord, the God of Israel » ne font pas partie du Psaume 42 initial. Cette première version fut créée à Leipzig le 1er janvier 1838. Aussitôt après, Mendelssohn ajouta encore quatre morceaux, assez éloignés du recueillement initial (les nos 3, 4, 5, et le chœur final). Cette ultime version fut exécutée le 8 février 1838. Mendelssohn la dirigea de nouveau lors du concert du 21 mars 1839.

Le choix de ce Psaume — l’appel au secours d’une âme désespérée, assoiffée de Dieu — peut surprendre de la part d’un jeune marié. « Le pathos tendre et passionné qui règne dans toute cette composition a vraiment sa source dans une confiance exclusive en Dieu et dans un sentiment d’absolue soumission à sa volonté » (Ferdinand Hiller). Ces sentiments retenus, une tendre mélancolie, une nostalgie de Dieu s’accordent bien avec le bonheur parfait que le compositeur vivait. Mendelssohn ne pouvait exprimer alors des accents déchirants comme ceux de l’âme en quête de Dieu, et sa version de la plainte du psalmiste est tendrement voilée. Cette couleur particulière, propre au tempérament de Mendelssohn, ne trahit pas cependant le sens du texte : en choisissant la tonalité de fa majeur Mendelssohn illustre surtout le caractère bucolique du premier verset.

Schicksalslied , de Johannes Brahms

brahms3Le Schicksalslied (Chant du destin), Op. 54, est un cadre choral orchestralement accompagné d'un poème écrit par Friedrich Hölderlin et est l' un de plusieurs grandes œuvres chorales écrites par Johannes Brahms . Brahms a commencé le travail à l'été de 1868 à Wilhelmshaven , mais elle ne fut achevée qu'en mai 1871. Le retard dans l'achèvement était en grande partie en raison de l'indécision de Brahms à la façon dont la pièce devrait conclure. Hésitant à prendre une décision, il a commencé à travailler sur le " Alto Rhapsody , Op. 53," qui a été achevée en 1869 et d' abord effectuée en 1870. 

Schicksalslied est considéré comme l' une des meilleures œuvres chorales de Brahms avec Ein deutsches Requiem . En fait, Josef Sittard fait valoir dans son livre sur Brahms, «Si Brahms jamais rien mais une œuvre écrite, elle seule aurait suffi à le ranger avec les meilleurs maîtres."  La première performance de Schicksalslied a été donné le 18 Octobre 1871 à Karlsruhe , 

Schicksalslied    :      Chant du destin

Ihr wandelt droben im Licht               
auf weichem Boden, selige Genien!         
Glänzende Götterlüfte rühren Euch leicht, 
wie die Finger der Künstlerin             
heilige Saiten.                           

Schicksallos, wie der schlafende         
Säugling, atmen die Himmlischen;         
Keusch bewahrt in bescheidener Knospe,    
blühet ewig ihnen der Geist,              
und die seligen Augen                     
blicken in stiller ewiger Klarheit.     

Doch uns ist gegeben,                   
auf keiner Stätte zu ruhn;                
es schwinden, es fallen                   
die leidenden Menschen                    
blindlings von einer Stunde zur andern,   
wie Wasser von Klippe zu Klippe geworfen, 
jahrlang ins Ungewisse hinab.