2017 - Mai Duruflé - Arvo Pärt - Kuntz

Le Jeudi 12 Janvier 2017 à 20h30 & Le Samedi 14 Janvier 2017 à 15h30

2017 01 12 concert Duruflé Kuntz Pärt

 

En l'Église réformée de Pentemont

106 Rue de Grenelle,

75007 Paris

Maurice Duruflé , Pierre- Emmanuel Kuntz, Arvo Pärt ,

sous la direction de   Matthieu Cabanès

à l'Orgue : Anne-Isabelle de Parcevaux

Les solistes sont issus de l’ensemble vocal.

 

 

 

Le Requiem de Maurice Duruflé  est achevé par le compositeur en 1947.

durufle

L'œuvre composée pour chœur mixte et solistes (mezzo-soprano et baryton) existe en trois orchestrations : la première, chronologiquement pour grand orchestre, la seconde pour orgue, suivant de peu la précédente, est la version choisie, et la troisième, finalisée en 1961 pour un orchestre d'effectif plus réduit. La partition est dédiée à la mémoire de son père.

Lorsqu'il reçut la commande, Duruflé travaillait sur une suite pour orgue utilisant des thèmes du chant grégorien. Il inclut certaines pièces dans le Requiem, qui reprend de nombreux thèmes de la messe grégorienne pour les morts. 

L'œuvre comporte neuf mouvements sans inclure toutefois le texte du Dies iræ, pourtant une partie des plus connues de la messe de requiem. À la place, Duruflé a choisi les textes plus calmes et plus méditatifs du requiem.

La voix de mezzo-soprano chante le cinquième mouvement, Pie Jesu. La voix de baryton chante le troisième mouvement Domine Jesu Christe, et le huitième Libera me. Duruflé déclara qu'il préférait lui-même que les parties solistes soient chantées par un pupitre entier du chœur et l'œuvre est souvent exécutée ainsi.

Maurice Duruflé : Quatre Motets sur des Thèmes Grégoriens pour chœur a capella (1960) :

Ubi caritas et amor

Tota pulchra es

Tu es Petrus

Tantum ergo

 

 

Stabat Mater de Pierre-Emmanuel Kuntz,

Préface de Jean-Paul C. Montagnier 

Pierre-Emmanuel Kuntz, né le 11 avril 1981 à Nancy, est issu d'une famille de mélomanes. Après des débuts prometteurs à l’École de musique de Pompey (Meurthe-et-Moselle), où il enseigne actuellement, il alla parfaire sa formation musicale au Conservatoire national de région de Nancy, tout en poursuivant ses études de musicologie de l'Université Nancy 2, où il obtint un Master en 2005.

Le présent Stabat Mater fut donné en première audition par l'Ensemble vocal de la Chartreuse de Bonlieu, placé sous la direction de Jean-Paul Montagnier, en la chapelle Notre-Dame du petit séminaire de Vaux-sur-Poligny (Jura) le vendredi 9 juillet 2004. L’œuvre, commandée par l'Ensemble vocal, fut immédiatement saluée par la presse jurassienne. Elle a été depuis lors chantée à de nombreuses reprises par les mêmes interprètes, notamment en l'église Saint-Fiacre de Nancy le dimanche 23 octobre 2005 aux côtés de deux autres motets du même auteur, O vos omnes et Lacrymosa.

Pierre Emmanuel Kuntz est encore l'auteur de la musique d'une court-métrage et d'un chant polyphonique sur le poème de Victor Hugo, Mon âme a plus de feu (2003).

Jean-Paul C. Montagnier 

 

Magnificat de Arvo Pärt

Arvo Part

Né en Estonie, en 1935,  Arvo Pärt a étudié la musique au Conservatoire de Tallinn.
En 1960 Arvo Pärt explore le dodécaphonisme, le sérialisme ainsi que la musique aléatoire. Il fait partie d'un groupe d'étudiants qui s'affranchissent des normes esthétiques socialistes .

Il alterne création et périodes de silence contemplatif. Pendant les années 70, il s'attarde au plain-chant et s'intéresse aux cloches, les clochettes surtout, et à leur résonance. Il développe une nouvelle façon de composer et adopte la technique du tintinnabulisme qui est basée sur la résonance des cloches (dont le son persistant contient plusieurs notes à la fois), l'accord parfait, et les inversions d'accords. Il retourne à la musique tonale. En 1980, il quitte l'Estonie pour Vienne, puis Berlin.

Il compose son Magnificat en 1989. La pièce est enregistrée pour la première fois, avec le Estonian Philharmonic Chamber Choir à l'église Niguliste de Tallinn . Magnificat est une œuvre pour chœur mixte a cappella écrite dans le style tintinnabuli, composée d’un seul mouvement et basée sur une série de répons entre couplet et tutti. Œuvre très épurée, elle est devenue une des œuvres chorales les plus jouées et les plus populaires du compositeur.